Les mouvements de sol exceptionnels

Les problèmes relatifs aux sols argileux, origines naturelles d'un désordre ravageur pour la construction neuve

argile, rénovation interieur, paris
fondation d'une maison individuelle
fondation, rénovation
vide sanitaire, rénovation technique
gonflement de la facade, poussé des fers

Les argiles dites “gonflantes“ sont extremement dangereuses pour les fondations de votre maison : Tassements et retrait des argiles en période de sécheresse, soulèvements et gonflement en période de réhydratation.

 

Cette alternance de tassements et de soulèvements provoque inévitablement des dégâts dans les murs...

 

 

Dans les cas les plus graves, les fissurations peuvent atteindre une largeur d’ouverture de l’ordre de 3 à 4 cm : on parle alors de fractures ou lézardes et peuvent nécessiter la destruction de l'ouvrage.

 

Ces mouvements du sol - gonflements et retraits - ne sont pas uniformes sous les bâtiments.

 

Par sa nature, le bâtiment forme un écran contre l’évaporation de l'eau ou son absorption. Des efforts différentiels importants apparaissent donc entre le centre du pavillon et ses extrémités, d'où l’apparition de fissures ou de lézardes...

 

Ce processus peut être aggravé par la présence, à proximité du bâtiment, de végétaux dont les besoins en eau sont importants : chênes, peupliers, frênes ou bambou - très gourmand en eau.

 

combler les fissures sur les murs de facade

DANS LA PRATIQUE, ce qu'il faut faire :

 

  • Consulter en amont des cartes géologiques sur : http://www.argiles.fr

  • Faire une étude de sol pour connaître les principales caractéristiques géotechniques

  • Vérifier l'existence locale d'un PPR (Plan de prévention des risques) spécifique

  • éloigner la construction des arbres

  • ancrer plus profondément et de manière homogène la construction : profondeur minimum de - 0,80 m en aléa faible à moyen, de -1,20 m en aléa fort

  • Rigidifier la structure - chaînages verticaux et horizontaux

  • prévoir un joint de rupture entre les ouvrages (la maison et le garage, par exemple) ;

  • limiter l'évaporation au sol près des maisons (terrasse ou géomembrane).

A consulter

  • DTU 13.11 : Fondations superficielles.

  • DTU 13.12 : Règles pour le calcul des fondations superficielles.

  • NF DTU 20.1 : Ouvrages de maçonnerie en petits éléments.

  • DTU 21 : Exécution des ouvrages en béton.

  • NF P94-500 : Missions d'ingénierie géotechnique - Classification et spécifications.

  • XP P94-011 : Sols : reconnaissance et essais.

problème lié aux argiles gonflantes en rénovation intérieur

1. Tout élément de nature à provoquer des variations saisonnières d’humidité du terrain (drain, pompage ou au contraire infiltration localisée d’eaux pluviales ou d’eaux usées) doit être le plus éloigné possible de la construction.

2. Pour limiter l’évaporation, il convient d’entourer la construction d’un dispositif, le plus large possible, sous forme de trottoir périphérique, qui protège sa périphérie immédiate de l’évaporation.

3. Deux éléments de construction accolés et fondés de manière différente doivent être désolidarisés et munis de joints de rupture sur toute leur hauteur pour permettre des mouvements différentiels.

4.  Les fondations sur semelle doivent être suffisamment profondes pour s’affranchir de la zone superficielle où le sol est sensible à l’évaporation. A titre indicatif, on considère que cette profondeur d’ancrage, qui doit être au moins égale à celle imposée par la mise hors gel, doit atteindre au minimum 0,80 m en zone d’aléa faible à moyen et 1,20 m en zone d’aléa fort.

5.  Une construction sur vide sanitaire ou avec sous-sol généralisé est préférable à un simple dallage sur terre-plein. Un radier généralisé, conçu et réalisé dans les règles de l’art, peut aussi constituer une bonne alternative à un approfondissement des fondations.

6.  Les canalisations enterrées d’eau doivent pouvoir subir des mouvements différentiels sans risque de rompre, ce qui suppose notamment des raccords souples et un enrobage suffisant de sable.

7.  Maîtriser les évacuations des eaux pluviales et d’éviter toute fuite dans les canalisations.

8. Attention aux arbres, on considère en particulier que l’influence d’un arbre s’étend jusqu’à une distance égale à au moins sa hauteur à maturité. S’il est impossible de s’éloigner d’un arbre il est préconisé de créer un écran anti racine

Sols Argileux - Origine et conséquences